Vue d’ensemble

Articles

A voir, à lire…

Pour les gens qui ont Netflix voici une très belle série sur le jeu d’échecs .

A ne pas rater voici un extrait de la vidéo 

Extrait ..RTL

La série est bien en français !

Est-ce que vous avez envie de regarder pendant sept heures, une jeune femme en train de jouer aux échecs ? Pas vraiment… Et pourtant vous ne pourrez pas décrocher votre regard de votre télévision/téléphone/tablette. Voilà l’incroyable tour de force que vient de réussir la série The Queen’s Gambit (Le jeu de la dame), la nouvelle mini-série de Netflix qui vient de se classer numéro 1 en ce début du mois de novembre sur la plateforme. 

 

La série est entièrement centrée sur l’histoire d’une jeune prodige des échecs. Incarnée, jeune adulte, par Anya Taylor-Joy (qui enchaîne succès sur succès avec les films Emma, The Witch, Split ou la série Peaky Blinders), cette mini-série de 7 épisodes seulement raconte la vie de Beth Harmon, une orpheline précoce que se découvre un talent stupéfiant pour les échecs. Il s’agit-là d’une œuvre de fiction totale et non pas d’un biopic, vous ne trouverez pas de véritable Beth Harmon dans les annales américaines d’échecs. The Queen’s Gambit est, en revanche, l’adaptation d’un livre de Walter Tevis publié dans les années 80. 

Vous l’aurez compris, The Queen’s Gambit est une série sur les échecs, il n’y a pas un seul épisode sans que l’on parle de telle stratégie, telle ouverture, telle défense ou telle compétition. Mais The Queen’s Gambit est loin de n’être une série que sur les échecs. Il s’agit, avant tout, de l’histoire d’une jeune femme. La force primordiale du scénario est dans la « success story » formidable et dramatique de l’héroïne. Très jeune, cette petite fille rousse un peu étrange traîne un fardeau familial et psychologique particulièrement lourd. Qui est son père ? Qui est sa mère ? Comment est-elle devenue orpheline ? Voilà autant de questions qui trouvent peu à peu leurs réponses dans les nombreux flash-back distillés ici et là au fil de cette unique saison. 

Bénédiction et malédiction

 

Vient ensuite le plat de résistance : la quête de gloire. Très rapidement on introduit deux aspects dans la vie de la jeune Beth. Une bénédiction tout d’abord : un talent inné pour les échecs. Elle apprend le jeu au hasard d’une discussion avec l’un des employés de son orphelinat. Tel un ordinateur particulièrement performant, elle analyse avec une grande rapidité les différentes combinaisons possibles et imaginables et parvient toujours à avoir quelques coups d’avance sur ses adversaires. L’autre aspect est une malédiction : une attirance malsaine pour les psychotropes, l’alcool et toutes les substances possibles et imaginables provoquant des addictions

Vous aimez les mangas...?

2 mangas sont sortis qui parle des échecs ! Contacter le bureau pour toute commande(15,10€ les 2)

pat56

En ce moment x